RATE ONE - Ed.10

L’aventure a commencé par un simple numéro, le 27, et continue aujourd’hui avec le chiffre 9.  Il ne s’agit pourtant ni de mathématiques ni encore moins de numérologie…

 

Michel Barreaux : « Il y a quelques années, j’ai acquis la cabine de pilotage d’un avion de chasse qui avait volé sous les cocardes belges durant ce que beaucoup considèrent être les plus belles années de l’aviation de chasse à réaction. Cette cabine appartenait au Mirage 5 numéroté BA 27, dans la version internationale du MIRAGE III de Dassault Aviation, un avion remarquable très élégant avec sa voilure en delta. Cet aéronef est resté chez moi un moment, à Maurepas en France, pas vraiment par hasard puisque je suis passionné par tout ce qui vole depuis … toujours. »

 

Un jour, le téléphone sonne, « ‘Celle’ calling from Belgium », je suis en ligne pour le début de l’aventure...

 

Marcel « Celle » De Petter,  ex-pilote de chasse et instructeur de la force aérienne belge, coordonnait en collaboration avec la « Mirage Pilot Association » (MPA)  la rédaction d’un livre dédié à l’histoire des Mirage M5 B ainsi qu’aux événements vécus durant sa vie opérationnelle. Une amitié naissante et une passion commune vont être trop fortes pour se limiter à un livre dans lequel une page consacrée au vol virtuel pouvait déjà laisser présumer de la suite. Aujourd’hui, les Mirage 5 B ne volent plus, ils coulent une retraite méritée, et l’aventure aurait pu se terminer là, mais elle ne fit que commencer.

 

Je suis informaticien et, à mi-chemin entre l’aviation et l’informatique, se situe l’univers de la simulation de vol qui permet de faire vivre, aussi fidèlement que possible, les sensations du monde aéronautique réel. Avec l’évolution technologique, la simulation atteint aujourd’hui un niveau de détails exceptionnel. Les commandes et les instruments de vol sont très proches de la réalité. Paysages, relief, repères au sol, villes et  aérodromes,  sont fidèlement  reproduits.  Piloter un avion de combat ou de ligne en simulation demande de relever les mêmes défis que ceux vécus en vol réel malgré, pour l’instant, l’absence des contraintes liées aux « G » et aux « paps » éventuels.

Mais l’essentiel est bien présent !

 

Return to base

 

Mon cockpit retourne en Belgique en 2014 chez « Celle » qui l’a piloté pendant de nombreuses années au-dessus de l’Europe. L’aventure aurait pu s’arrêter là mais…

 

Un nouvel avion arrive en 2018 sur la base de Saint-Trond. Il s’agit du Mirage 5 BD 09, un biplace d’entrainement et, tout de suite, une formidable équipe de passionnés se forme autour de cet avion : le TEAM BD09. Grâce à leur enthousiasme, l’avion commence à revivre comme à l’époque où son réacteur rugissait. La nouvelle vie du BD 09 va s’afficher de plus en plus sur les réseaux sociaux.

 

Nouvel appel :  « Celle calling from Belgium, I have a new idea »…  Cette fois, l’aventure va se vivre à trois avec Jacques Waldeyer, le propriétaire du BD 09.

 

L’idée est simple : offrir aux visiteurs du BD 09 le visuel, les sensations et les émotions intenses ressenties en vol par les pilotes à bord des Mirage 5.

 

Nous disposons d’un excellent moteur de simulation et la communauté « SIM » met à disposition une bibliothèque d’ADD-ON dans laquelle nous avons pu puiser pour recréer l’environnement de l’ancienne base aérienne de Brustem EBST.

Les visiteurs s’installent à bord du véritable avion de chasse, le BD 09, et grâce à un casque de réalité virtuelle, participent alors à un « Sensation flight » virtuel au-dessus de l’ancienne base.

Ils sont assis comme les vrais pilotes dans un vrai cockpit.

Ils décollent, évoluent en formation serrée, accompagnés d’ailiers virtuels au cours d’un vol où

pull-up, survols à 250 pieds à une vitesse de 480 nœuds, manœuvres de split-up ou atterrissages en formation sont au programme.

Le visuel des environs de Saint-Trond est représenté en détails comme par exemple l’école royale de Saffraanberg ainsi que l’ensemble des points de repère existants autour de la piste 24. 

 

Le vrai chalenge a été de restituer le plus fidèlement possible le vol comme un pilote le vivait à l’époque, à bord d’avions aux performances élevées, et parfois en formation serrée. Le vol simulé est différent du vol réel au niveau des sensations, des repères et des techniques de pilotage. Des séances d’entrainement répétées, une amélioration progressive des qualités de pilotage du Mirage 5, sous les conseils avisés et répétés de Celle, ont permis d’atteindre un résultat satisfaisant. 

La patience de « Celle » et ma persévérance ont été fructueuses.

 

Des ex-pilotes en extase devant le système

 

Aujourd’hui, les visiteurs peuvent vivre un vol en exécutant trois tours de piste en formation dans le ciel de Brustem.

Ce vol est très immersif, proche de la réalité augmentée, grâce à un cockpit virtuel calqué sur un cockpit réel.  

Nous travaillons encore à améliorer les détails. D’anciens pilotes de Mirage 5 ont eu l’occasion d’effectuer le vol et n’ont pas été déçus par l’expérience, bien au contraire. Ils ont été très attentifs aux petits détails qu’eux seuls peuvent détecter.

 

Grâce au BD 09, un biplace en tandem, il est maintenant possible de faire partager les émotions virtuelles d’un même vol simultanément à deux personnes, une installée en place avant et la seconde en place arrière, avec également la possibilité d’échanges radio entre elles ainsi qu’avec un opérateur au sol.

 

Nous avons de plus de nouveaux vols enregistrés en préparation afin de faire revivre d’autres phases de la vie des pilotes de Mirage belges, comme par exemple des exercices de tir menés régulièrement au-dessus de la Corse à cette époque.

 

Le projet n’en est probablement qu’à ses débuts, d'autres évolutions sont envisagées.

Machines et cartes graphiques, indispensables à la technologie de la réalité virtuelle, arrivent tout juste à maturité. Elles sont en constante évolution, offrant ainsi toujours plus de possibilités techniques et visuelles.

 

Mais pour revenir à notre projet, s'il a pu voir le jour, c’est à coup sûr et d'après mon propre jugement,  grâce à trois valeurs essentielles : passion, amitié et volonté de communiquer et transmettre …Le développement du système étant localisé en région parisienne, après une courte phase de transfert de compétences, ce sont les membres du TEAM BD 09 qui prennent en charge l’exploitation du Sensation Flight. Teamwork !

Michel Barreaux

"Mike Bravo"

Professionnel :
1984 - Ingénieur informatique institut programmation Paris VI
1984 – 1988 Développeur logiciel puis chef de projet logiciel chez THOMSON
1989 – 2009 Création & développement société de service en informatique vers grands constructeurs
2010 – 2016 Création & développement société import & commercialisation produits Indonésiens
2016 – 2020 Création & développement société de service informatique vers Prof. Lib., TPE, PME
Passions :
Aviation sous toutes ses formes, en particulier collection et simulation de vol
Voyages et Asie